📖 Nouveau Livre Blanc gratuit - "Comprendre la fiscalité des nouveaux revenus en actifs numériques"

Merci VivaTech & Le Village by CA, le plus grand événement européen pour les startups et la technologie

VivaTech a rassemblé les meilleurs acteurs de l’innovation afin d’initier des changements positifs dans les entreprises et pour la société. Ils agissent comme un catalyseur mondial de la transformation numérique et de la croissance des startups.

En 2021, ils ont lancé une édition hybride incontournable. Au menu, le meilleur des deux mondes, avec un mélange d’activités en ligne et en personne pour une expérience événementielle augmentée. Nous avons pu découvrir les dernières innovations, des intervenants inspirants, des startups en herbe et bien plus encore, à Paris ou simplement depuis notre canapé.

L’édition 2021 de VivaTech s’est tenue du 16 au 19 juin, en ligne et en personne, à Paris.

Le Village by CA est un réseau d’accélérateurs de start-up qui s’appuie sur des écosystèmes d’innovation pour accompagner la transformation des entreprises en région.

Porté par le Crédit Agricole et un panel de partenaires depuis 2014, le Village by CA, implanté au cœur des territoires, offre dans un cadre d’open innovation, des lieux d’échanges, rencontres business et parcours de développement répondant aux besoins des entrepreneurs.

Egalement présent au Luxembourg et en Italie avec de nombreux relais à l’international, le Village by CA est aujourd’hui le premier accélérateur d’innovation en France.

Nous sommes très honorés de collaborer au sein du réseau pour imaginer et construire les usages de demain. Waltio permet de calculer et déclarer ses plus-values de crypto-monnaies en toute sécurité.

Retour sur l’évènement

VivaTech nous a permis de rencontrer nos clients et de présenter notre solution. De nombreuses sociétés œuvrant dans notre secteur d’activité étaient présentes.

Déclarer ses plus-values en cryptomonnaies n’est pas une mince affaire. Cela demande beaucoup de temps et de réflexion, tant la fiscalité des crypto-actifs est encore à ce jour assez complexe.

Afin de grandement faciliter ce processus, notre startup française Waltio a développé un assistant fiscal vous permettant de déclarer en toute sérénité vos plus-values en cryptomonnaies. Concrètement, cet outil présente d’une façon simple l’imposition des cryptomonnaies, calcule automatiquement votre montant imposable et vous indique pas à pas comment le déclarer auprès des impôts.

Pour ce faire, l’assistant fiscal de Waltio agrège les données de vos comptes sur les plateformes d’échange afin de les analyser puis de calculer le montant de vos plus-values imposables.

Lors de la déclaration de vos revenus, il existe en France deux exigences liées à la déclaration des crypto-monnaies que vous possédez.

Première obligation, si vous cédez des actifs numériques contre des monnaies fiat (telles que l’euro, ou le dollar) ou si vous achetez des biens ou des services en crypto-monnaies, les plus ou moins-values réalisées doivent être calculées et déclarées.

Tous les comptes ouverts, utilisés ou fermés au cours de l’année 2020 doivent être déclarés. Ainsi, un compte ouvert après le 1er janvier 2021 est exclu du champ d’application de la loi, pour la campagne de déclaration des revenus 2020. En revanche, il devra être déclaré en 2022.

Voir en détail comment utiliser Waltio et son assistant fiscal

Déclaration fiscale de crypto-actifs 2021, les dates à connaître

Les dates de déclaration fiscale 2021 sont connues, tenez-vous prêts.

Des dates de clôture différentes selon le département de résidence

Les dates d’ouverture et de clôture de la phase de déclaration fiscale 2021 sont désormais connues.
Si le service de déclaration en ligne ouvre pour tout le monde le 8 avril 2021, les délais limites varient selon les départements afin d’atténuer les pics de connexions à l’approche des dates butoirs. Les dates limites de télédéclaration sont fixées aux jours suivants :
  • 26 mai à minuit pour les départements 01 à 19 ;
  • 1er juin à minuit pour les départements 20 à 54 ;
  • 8 juin à minuit pour les départements 55 à 976.

Ces informations sont susceptibles de changer. Nous vous conseillons de suivre Waltio sur nos différents réseaux afin de vous tenir informé de potentiels changements : Twitter, Facebook & LinkedIn.

Pour rappel

Il existe deux faits générateurs de l’impôt, la conversion d’une cryptomonnaie contre une divise monétaire d’état (dollar, euro) ou l’utilisation de l’une d’elles pour un paiement (achat d’un bien ou service autre qu’une cryptomonnaie).

Avant les dates de clôture, il vous faut :

  • Remplir le formulaire 2086 Annexe de calcul de la plus-value imposable
  • Reporter les calculs dans le formulaire 2042C

  • Déclarer les comptes d’actifs numériques détenus à l’étranger via le formulaire 3916 Bis

Pour plus d’informations à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article dédié au sujet des obligations déclaratives.

Fiscalité Bitcoin — Quelles sont les obligations déclaratives d’un propriétaire de crypto-monnaies pour les contribuables français ?

Fiscalité Bitcoin — Quelles sont les obligations déclaratives d’un propriétaire de crypto-monnaies pour les contribuables français ?

Le 20 avril 2020 marque le début de la campagne de déclaration de revenus 2019 pour les contribuables français. En effet, la déclaration de plus-values imposables de bitcoins et crypto-monnaies est soumise à un nouveau régime fiscal. Il est issu de la loi de finances pour 2019.

Depuis 2018, l’Etat s’est engagé dans un processus de compréhension du sujet. L’enjeu majeur étant de mettre en place un cadre réglementaire dédié à cet actif.
Ces travaux ont permis entre autres de définir la notion d’actif numérique et de neutraliser des opérations crypto-crypto. Mais surtout ils ont permis de mettre en place un taux d’imposition forfaitaire. (Via le régime assimilé Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU)).

 

“Pour la première année, les Français ont l’obligation légale de calculer et déclarer leurs gains imposables en actif-numériques en même temps que leur déclaration de revenus,” précise le livre blanc de Waltio et ORWL Avocats à propos de la fiscalité des crypto-monnaies en France.

Livre

Mais concentrons-nous sur les obligations déclaratives de crypto-monnaies. En effet, celles-ci sont imposées dans le cadre d’une activité d’achat et de revente d’actifs numériques à titre occasionnel.

Le contribuable doit remplir deux formulaires distincts. Par ailleurs, s’il détient des comptes d’actifs numériques à l’étranger (tel que Binance, Coinbase…), il doit en informer l’administration fiscale française via un formulaire spécifique.

Remplir le formulaire 2086 Annexe de calcul de la plus-value imposable

Cette annexe permet de calculer la plus-value imposable sur la déclaration 2086. Pour cela, il faut détailler chacune des opérations imposables réalisées au cours de l’année fiscale.

Une opération imposable est une opération d’échange d’actifs numériques contre une devise monétaire d’Etat. Mais aussi l’utilisation d’un actif numérique comme moyen de paiement pour l’achat d’un bien ou d’un service.

“L’annexe implique de déclarer un nombre très important d’informations relatives à l’activité de trading du contribuable et à son patrimoine en actifs numériques”, précise le livre Blanc de Waltio et ORWL Avocats à propos de la fiscalité des crypto-monnaies en France.

Les points à indiquer dans cette annexe sont :

– le prix de cession des actifs numériques

– le prix total d’acquisition du portefeuille

– la valeur globale du portefeuille à la date de cession

– le montant de la plus ou moins-values réalisée sur l’opération imposable.

Comment calculer la valeur globale du portefeuille de vos bitcoins et crypto-monnaies?

Dans un premier temps, il faut rassembler l’intégralité des données de ses comptes (portefeuille de stockage à froid — wallets– et plateformes d’échanges). Ensuite, lors de chaque opération imposable, il convient de valoriser les coins en portefeuille en se référant à « des sites internet proposant des historiques de cotation moyenne journalière sur les principales plateformes d’échange », comme par exemple CoinMarketCap.

Comment obtenir le montant de la plus ou moins value réalisée ? 

Pour déterminer la plus ou moins-value réalisée, il faut faire la somme de toutes les plus ou moins-values tirées des opérations imposables.

La formule de calcul est la suivante :

Plus value imposable = Cash-out — Cash-in * (Cash-out / Valeur totale du portefeuille à la date de cession)

Pour réaliser ces calculs, ce régime implique d’identifier les opérations imposables, de suivre le montant des cash-in et l’intégralité des transactions de son portefeuille pour pouvoir le valoriser.

Report dans le formulaire 2042C

De plus, une fois l’intégralité de vos plus-ou-moins values calculées pour chacune de vos opérations imposables, il convient de reporter le montant de la plus-value globale. Une case spécifique au formulaire 2042C est prévu à cet effet et ce conformément au nouveau régime prévu par l’article 150 VH bis CGI.

Ainsi, cette plus ou moins-value globale est égale à la somme de toutes les plus ou moins-values issues des opérations imposables réalisées au cours de l’année.

Déclarer les comptes d’actifs numériques détenus à l’étranger via le formulaire 3916 Bis

Toutefois, calculer et déclarer ses plus-values en actifs numériques ne sont pas suffisants pour être conformes avec la législation fiscale.

En-tête du formulaire 3916-Bis de déclaration des comptes d’actifs numériques à l’étranger

Le formulaire à remplir est le 3916Bis. C’est un dérivé du formulaire de déclaration des comptes détenus à l’étranger (Formulaire 3916).

Les comptes de crypto-monnaies ne réalisant pas de conversion de crypto-monnaies contre des devises monétaires d’Etat sont aussi à déclarer.

“ S’il est évident que les actifs numériques détenus sur un Ledger ne sont pas concernés par cette obligation déclarative, des incertitudes subsistent sur l’obligation de déclarer des comptes qui, sans être custodial, ne sont pas totalement non-custodial (Set, Compound, etc.).” Précise le livre Blanc de Waltio et ORWL Avocats à propos de la fiscalité des crypto-monnaies.

Ainsi, les obligations déclaratives de crypto-monnaies s’adressent aux contribuables ayant réalisé une plus-value globale tel qu’il est présenté dans l’article 150 VH bis CGI. Cela s’applique quelque soit le montant ou à ceux détenant des comptes d’actifs numériques à l’étranger.

Pour en savoir plus sur la fiscalité des crypto-monnaies pour un contribuable français, voici le livre blanc de 18 pages. Il est gratuit et co-rédigé avec le cabinet d’avocats ORWL Avocats, spécialisé sur les enjeux juridiques des crypto-actifs. Il vous permettra de comprendre dans le détail comment calculer votre plus-value imposable, comprendre et anticiper un contrôle fiscal.

Pour toute autre question relative à fiscalité des cryptomonnaies ou à notre solution, n’hésitez pas à nous contacter à hello@waltio.co ou bien via notre chaine Telegram. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter, LinkedIn ou Facebook.

 

Pierre Morizot

Cofondateur de Waltio.

Comment acheter sans risques ses premiers bitcoin ou crypto-monnaies ?

Comment acheter ses premiers bitcoins ou cryptomonnaies sans risque ?

Aujourd’hui, Bitcoin est principalement attractif pour des raisons de volatilité et de croissance. Même si vous découvrirez rapidement que les cryptomonnaies ne riment pas seulement avec spéculation, il est difficile de s’y intéresser sans en posséder. Mais acheter ses premiers bitcoins peut s’avérer difficile et non sans risque pour les non-initiés, les erreurs sont fréquentes et les arnaques nombreuses. Aujourd’hui, nous vous guidons pour que vous puissiez acheter vos premiers bitcoins sans risque.

1. La facilité d’achat

Même si la situation s’est grandement améliorée depuis 2013, acheter ses premiers bitcoins peut être parfois difficile. Il existe de nombreuses arnaques et les néophytes se font régulièrement avoir, malgré les recommandations de la communauté. Mais une fois les bonnes cartes en poche, acheter des bitcoins sans risque peut être très simple, voir automatique !

Facilité d’achat rime souvent avec de nombreux frais. Prenons l’exemple de Paymium, Thebitex ou de Coinhouse, trois solutions dédiées aux débutants, proposant même pour l’enseigne parisienne un accompagnement physique et une formation. En province, nous pouvons citer Bitcoin Avenue et le Comptoir des Cyber-monnaies, respectivement à Caen et à Bordeaux qui mettent leurs expertises à votre service. Néanmoins, ce sont également des acteurs reconnus pour leurs frais plus hauts que la moyenne, le service se paie. Nous conseillons néanmoins pour ceux qui se sentent perdus de ne pas faire d’économie de bout de chandelle, et quelques pourcentages de frais supplémentaires peuvent rapidement devenir des économies.

Sinon, afin de limiter les frais, la meilleure option est de passer par des plateformes en ligne et de réaliser des virements bancaires vers ces dernières. Si vous souhaitez acheter différentes cryptomonnaies par la suite, nous vous recommandons la plateforme Kraken. En effet très ancienne, elle n’a jamais connu de problèmes majeurs depuis son déploiement. Néanmoins, son interface n’est pas la plus optimisée, et pourrait dérouter les moins à l’aise. Pour celles et ceux qui souhaitent mettre en place le fameux DCA que je vous présente par la suite, utilisez le site StackinSat ou le nouveau service de Coinhouse d’achats récurent.

Mais acheter des cryptomonnaies n’est qu’une façon d’investir dans cet écosystème naissant. En effet, certains vont préférer chercher les revenus passifs qu’offrent le minage et les masternodes. Néanmoins, ces derniers nécessitent des compétences techniques supplémentaires, en informatique et en réseau principalement. Encore une fois, certains acteurs du secteur se sont tournés vers le service et aujourd’hui il est tout à fait possible de se tourner vers des solutions clés en mains par le biais d’entreprises comme Just Mining, pionniers en France.

2. Le risque de volatilité lié au marché

Si la volatilité intéresse les traders expérimentés, cette dernière peut également s’avérer être difficile à gérer pour les débutants. Néanmoins tout les bitcoiners ne sont pas rivés sur leurs écrans et semblent généralement assez distants des aléas du marché. Leurs solutions ? Un plan de croissance de Bitcoin à long terme et le fameux dollar cost-average, une méthode d’entrée sur le marché extrêmement simpliste.

Pour l’objectif long terme, il s’agit de leur vision personnelle et nous ne proposons pas de conseils financiers. Intéressons- nous plutôt aux méthodes d’investissements optimisés dont ce fameux DCA.

Le principe est simple : vous choisissez une somme de fonds que vous êtes capable de perdre sans que cela influence votre vie quotidienne. Ensuite au lieu d’acheter directement vos premiers bitcoins en un seul achat, vous réalisez ces derniers à intervalles réguliers. Cela peut être chaque mois, ou chaque semaine afin de lisser encore plus votre investissement.

Prenons par exemple le cas d’un investisseur disposant de 1,000 euros. Il pourrait par le biais du DCA investir 25 euros chaque semaine pendant 10 mois. Ainsi, son prix d’achat sera bien plus lié à l’évolution de Bitcoin. Néanmoins, cette technique fonctionne de manière optimale sur des périodes plus longues et sans interruptions.

3. Le stockage des bitcoins et cryptomonnaies

Une fois vos premiers bitcoin disponibles sur votre plateforme favorite, il est temps d’en prendre réellement possession. En effet, si ces derniers ne reposent pas sur un portefeuille dont vous possédez les clés privés, ces bitcoins ne vous appartiennent pas. Si cela ne vous semble qu’anecdotique et que vous faites confiance à votre plateforme favorite, de nombreux crypto-enthousiastes s’en mordent les doigts chaque année. Les plateformes peuvent fermer et partir avec les fonds du jour au lendemain, ou se faire siphonner leurs fonds par des attaques.

Nous vous conseillons donc de mettre en place votre propre portefeuille pour stocker vos cryptomonnaies. Pour cela, il existe deux types de solutions, les portefeuilles numériques et les hardware wallets, bien physiques.

Les portefeuilles numériques sont une façon gratuite de stocker ses cryptomonnaies et proposent pour certains divers services. Vous pouvez ainsi envoyer facilement des cryptomonnaies à vos proches ou acheter directement dans l’application des bitcoins par exemple. Néanmoins, la sécurité est généralement plus faible et il vous faudra utiliser des fonctions plus avancées pour garantir vos fonds. Cela reste une excellente méthode pour les petits budgets.

La seconde méthode et la plus répandue concerne les hardware wallets, qui permettent d’obtenir une bien meilleure sécurité que les wallets numériques. Ledger, Trezor et bien d’autres constructeurs proposent du matériel très performant pour un budget entre 50 et 120 euros.

Quelque soit le support que vous utilisez, le plus important est la sauvegarde de votre phrase de récupérations.

En effet ces phrases de 12 à 24 mots uniques vous permettent de récupérer l’accès à vos fonds par le biais d’autres wallets. Par exemple si vous perdez votre nano X, vous pouvez tout à fait utiliser une application mobile pour accéder à vos fonds ou racheter un nouveau Ledger.

4. La réglementation

Si l’émergence des cryptomonnaies ne date plus d’hier, la réglementation des différents pays n’est encore que rarement claire et adaptée. Dès l’achat, vous serez confronté aux systèmes de KYC/AML, lutant contre la fraude et le blanchiment d’argent en forçant les plateformes à demander des pièces d’identité de leurs utilisateurs, sans réellement gérer l’utilisation de ces données. Mais la réglementation devient encore plus complexe après ces premières opérations. Tout d’abord, saviez-vous que chaque compte sur ces plateformes d’échanges doit être déclaré comme des comptes à l’étranger ?

Cela concerne malheureusement tout les comptes sans exceptions, même vides ou clôturés ! Et chaque année viendra la déclaration de vos plus-values, avec une fiscalité qui a été régulièrement modifiée ces dernières années. Ici deux solutions, si vos opérations restent simples, il vous sera aisé de déclarer une plus-value (s’il y a !). En revanche pour les traders plus actifs d’entre vous, l’opération risques de se complexifier rapidement. La meilleure solution sera pour vous de passer par des services d’accompagnement comme le nôtre, afin de récupérer facilement vos comptes de transactions et de bénéficier d’un accompagnement dans vos démarches.

5. La complexité des opérations de bitcoins

Une fois que vous avez sélectionné votre plateforme, évité les arnaques et acheté vos crypto vous pouvez désormais les utiliser. Mais les transactions des cryptomonnaies ne sont pas vraiment similaires à des virements bancaires. Adresse à rallonge qu’il faut bien vérifier, signature et adresses spécifique à une seule cryptomonnaie rendent la simple transaction beaucoup plus complexe. C’est en effet un frein majeur à la prise en main de ces monnaies numériques. Aujourd’hui, beaucoup d’acteurs rendent heureusement les choses beaucoup plus simples. De plus, si aux premiers abords ces précautions semblent complexes, les automatismes viennent très rapidement.

Prenez donc en priorité des plateformes et services dédiés aux débutants. Si les fonctionnalités proposées sont souvent limitées, cela évite les pertes de fonds en faisant des erreurs de débutants. De plus, certaines initiatives comme Earn de Coinbase vous permet de découvrir cet écosystème des cryptomonnaies tout en gagnant quelques unités de ces dernières ! Si vous souhaitez néanmoins aller plus loin dans votre découverte du fonctionnement de vos cryptomonnaies préférées, il existe de nombreuses ressources francophones très intéressantes. Nous vous conseillons par exemple les sites Bitcoin.fr et TheCoinTribune pour commencer vos lectures.

Voilà pour cette mise en lumière des difficultés que rencontrent les débutants dans le milieu des cryptomonnaies pour acheter des bitcoins sans risque. Nous espérons avoir répondu à la plupart de vos interrogations et serions ravis de vous accompagner lors de vos opérations et dans vos démarches fiscales liées aux cryptomonnaies.

👉 Pour ne pas rater les prochains articles vous pouvez nous suivre sur Twitter, LinkedIn ou Facebook.

Pierre de Waltio

3 mythes sur la déclaration fiscale de Bitcoin et des cryptomonnaies

Illustration DELIGNE —

Il est important de se pencher sur les revenus et la déclaration fiscale de vos cryptomonnaies. C’est l’occasion de revenir sur les idées reçues de la fiscalité des cryptomonnaies. Voyons ensemble les différents mythes autour de la déclaration des revenus liés aux Bitcoin et aux cryptomonnaies. Cela vous permettra d’éviter les erreurs, qui peuvent devenir très coûteuses en cas de contrôle fiscal.

Mythe 1 — Avec la Flat-tax, le calcul de gain imposable est super facile

La Flat-tax est un pourcentage fixe des plus-values, soit 30% (prélèvements sociaux plus l’impôt sur le revenu). Pas de paliers, que votre plus-value soit de 150 euros ou quelques dizaines de milliers, le taux d’imposition sera le même. Bien que le taux final est simple, le reste du calcul demeure un véritable casse-tête. En effet, dès que vos opérations deviennent des prises de bénéfices partiels (quand les cessions imposables ne sont pas égales à l’intégralité de la valeur de votre portefeuille) les calculs se compliquent. La bonne pratique est de tenir compte scrupuleusement de ses échanges. Pour cela, il convient de télécharger régulièrement les historiques de transactions, dépôts et retraits. De plus, il vous faudra également déclarer toutes vos transactions imposables. C’est justement lors de la multiplication des transactions imposables que le calcul de la plus-value se complexifie.

Loin des produits en croix simples, une année de trading régulière avec des dizaines voire centaines de transactions imposables rend la déclaration fiscale particulièrement chronophage.

Exemple de calcul du montant imposable de cryptomonnaies (pour une opération simple):

Vous achetez pour 10,000 € de cryptomonnaies, que vous vendez l’intégralité de votre portefeuille en une fois pour 13,000 euros. Ici c’est facile, la plus-value est de 3,000 euros. Le remplissage de l’annexe 2086 est donc compréhensible.

Vous payerez donc 900 euros d’impôts sur vos gains en crypto-actifs. Mais si vous souhaitez prendre des profits sur une partie de vos cryptomonnaies, 40 % par exemple le calcul devient plus complexe.

Votre plus-value sur cette transaction sera donc définit par le calcul suivant :

“Votre vente imposable” — (“Somme totale des achats” X (“Votre vente imposable” / “la valeur de votre portefeuille à la date de cession”))

  • 5,200 — (10,000 x (5,200 / 13,000))
  • 5,200–4,000
  • 1,200

Votre plus-value dans cet exemple s’élève donc à 1,200 euros, et la flat-tax représente 30% de cette valeur soit, 400 euros. Remarquez comment d’un simple produit en croix pour une transaction unique nous passons à des calculs plus complexe avec une prise de bénéfices partielle. La difficulté n’est donc pas le calcul des 30 %, mais plutôt de déterminer la plus-value imposable en amont.

Ces calculs se complexifient suivant les habitudes du particulier. En effet, si vous utilisez différentes plateformes et que vous stockez une partie de vos fonds sur divers portefeuilles, il faut être méticuleux. Retrouver la valeur totale de vos fonds à certaines dates peut être complexe. Une astuce peut être d’utiliser une application de suivi indépendante afin de retrouver cette information (comme CoinGecko ou CoinMarketCap). Enfin, la difficulté viendra malheureusement des différents formulaires mis à disposition, qui ne sont pas réellement adaptés aux activités des crypto-enthousiastes.

Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous recommandons de télécharger notre Livre Blanc Gratuit de 15 pages entièrement gratuit, rédigé par Waltio et ORWL Avocats et lu par plus 10 000 personnes :
👉 https://waltio.co/livre-blanc/

Mythe 2 – Contrairement à Bitcoin, les cryptomonnaies anonymes ne sont pas traçables

Si vous pensez pouvoir échapper à l’impôt en utilisant des cryptomonnaies anonymes comme le Monero ou Zcash par exemple, détrompez-vous. Si les transactions sur la blockchain et la gestion des wallets sont anonymes, ce n’est pas le cas de toutes vos activités. En effet il reste possible de facilement retracer les transactions d’échanges en amont, et vos achats avec vos plus-values. Si vous utilisez une plateforme d’échange centralisée comme (Coinbase, Zebitex, Paymium ou Binance), ils sont tenus de conserver et partager vos informations de trading aux autorités.

Monero et ses concurrents sont parfois utilisés dans le cadre d’activité illégale. Toutefois, ces cryptomonnaies n’apportent pas la protection idéalisée contre les forces de l’ordre si celles-ci sont utilisées via des plateformes d’échange centralisées.

Les plateformes d’échanges centralisées (Coinbase, Zebitex, Paymium ou Binance) sont à plusieurs obligations légales. Elle doivent identifier leur clients (via un processus KYC — Know Your Customer) et conserver ces informations. Elles doivent aussi détenir le carnet d’ordres de leurs clients (avec les transactions, dépôts et retraits de chaque client). Ces deux informations sont conservées précieusement et transmises aux gouvernements en cas de demandes

De manière générale, nous vous déconseillons de tenter de tirer parti des monnaies numériques anonymes pour échapper à des impôts éventuels sur vos plus-values. Surtout si celles-ci sont échangées via des plateformes d’échanges centralisées.

3 — Mythe 3 - Si ce n’est pas virer vers un compte bancaire, pas besoin réaliser sa déclaration fiscale car ce n’est pas imposable

On connaît bien la volatilité des marchés des cryptomonnaies. Il donc est pertinent d’encaisser des bénéfices, tout en les laissant sur la plateforme d’échange. Mais si vous imaginez ne pas avoir à déclarer quoi que ce soit, car vos fonds demeurent sur la plateforme, c’est une erreur.

Le verdict du gouvernement est très clair, tous les échanges de crypto-actifs vers des monnaies fiat sont des opérations imposables. Cela concerne donc toutes les prises de bénéfices, rapatriées ou non sur des comptes bancaires. Il est donc à noter que vous devez également déclarer une plus-value, lorsque vous effectuez un achat physique ou numérique avec vos cryptomonnaies.

Si cela rend encore plus complexe la gestion de vos comptes, il existe une éventuelle alternative. En effet au lieu d’échanger vers des monnaies traditionnelles, vous pouvez rester entre cryptos avec des stablecoins. Ceux sont des cryptomonnaies particulières aux cours stables, permettant ainsi de ne plus être exposé à la volatilité du marché. Etant considéré comme des crypto-monnaies (même si cela reste à vérifier, précisé en page 5 du livre blanc) elle permettent de ne pas effectuer d’opération imposable. Les stablecoins présentent d’autres risques potentiels généralement liés à leurs fonctionnements et à leur émission.

Voilà pour cette revue des quelques mythes que l’on peut retrouver sur internet à propos des obligations. Le système s’est amélioré ces dernières années. Toutefois, cela reste encore pour beaucoup d’usagers un véritable casse-tête de déclarer ces revenus si particuliers.

Waltio est un assistant fiscal de crypto-monnaies. Notre mission est d’accroître l’adoption des actifs numériques (Bitcoin et les crypto-monnaies) en simplifiant leur gestion fiscale.

👉 Pour en savoir plus un article est disponible ici loi de finances de 2019 ou l’utilité de notre logiciel

Pierre de Waltio

Waltio, le logiciel fiscal de crypto-monnaies français

Découvrez le logiciel fiscal de crypto-monnaies, Waltio et comprenez le fonctionnement du robot qui calcule le montant imposable. La start-up est accélérée au sien de l’incubateur blockchain, The Garage à Paris. Sa mission est d’accélérer l’adoption des crypto-monnaies (comme Bitcoin et Ethereum) en facilitant leur gestion comptable et fiscale. C’est un assistant fiscal de crypto-monnaies.

“En Europe, nous sommes très forts pour réguler l’innovation. Chez Waltio, nous voulons simplifier les contraintes réglementaires pour accélérer l’adoption des crypto-monnaies.“ Pierre Morizot, Co-fondateur de Waltio.

La fiscalité des crypto-monnaies, un vrai calvaire

Les investisseurs en crypto-monnaies utilisent pour la plupart plusieurs plateformes d’échange (brokers). La plupart d’entre eux réalisent des transferts de compte à compte régulièrement et stockent leurs coins sur des portefeuilles de stockage à froid. Cette pratique rend impossible de tracer les opérations d’un portefeuille de crypto-monnaies à la main.

“Pour un contribuable français, calculer et déclarer les gains imposables de crypto-actifs requiert de bonnes connaissances juridiques” Maître Alexandre Lourimi, Avocat chez ORWL Avocat

Le cadre fiscal mis en place avec la loi de Finances de 2019 est ambiguë et complexe à appliquer. Ainsi, la formule de calcul du montant imposable est particulièrement chronophage, puisqu’elle requiert de calculer la valeur totale de son portefeuille lors de chaque opération imposable. Par ailleurs, il y a un grand nombre d’idées conçues fausse à ce sujet il est primordial de comprendre les obligations déclaratives ou de suivre des tutoriels pour déclarer correctement une fois dans l’espace en ligne des impôts.

“900 000 français posséderaient des crypto-monnaies” d’après l’étude de CH&Co.Le nombre de propriétaire de crypto-monnaies croit de plus de 20% par an (moyenne lissée de plus sur les dernières années).

Enfin, une pression de contrôle fiscal croissante plane sur les propriétaires de crypto-monnaies. En effet, l’administration fiscale française augmenté les contrôles des contribuables propriétaires de crypto-monnaies depuis 2019, comme le précise le guide fiscal de Waltio et ORWL Avocats de 2020.

Le fonctionnement du logiciel fiscal

Le produit rassemble les historiques de transactions, dépôts et retraits de vos différents comptes. Une fois ces données récupérées, il calcule le montant des gains à déclarer, comme le précise l’article sur l’utilité du robot fiscal. Ce calcul est réalisé en quelques minutes, ce qui permet de produire les liasses fiscales automatiquement. Avec ce document, les utilisateurs peuvent déclarer leurs plus-values en toute sérénité.

“Nous avons codé le droit fiscal des crypto-monnaies” précise Benjamin Chevallereau, Co-fondateur de Waltio

Quelques chiffres à propos du robot de crypto-monnaies Waltio :

Avec la version de 2020, le logiciel fiscal de crypto-monnaies a accompagné plus de 400 contribuables français dans leur déclaration de revenus. Les clients de Waltio sont tous types de propriétaires de crypto-monnaies. Il accompagne des professionnels du droit et du chiffre, comme des traders professionnels, des conseiller en gestion de patrimoine ou encore des avocats fiscaliste. Le logiciel fiscal aide aussi les investisseurs particuliers, qu’il soient hodleurs, bitcoiners, petit portefeuille ou encore « bon père de famille ».

Par ailleurs, la grande majorité des crypto-monnaies sont lues par l’assistant fiscal. Waltio travaille avec les fournisseurs de données CoinGecko, Kaïko et Cryptocompare pour obtenir les prix des crypto-monnaies. Grâce à ces connexions, plus de 3500 crypto-monnaies sont référencées sur Waltio.

Ainsi, parmi les clients de Waltio 4 sur 5 estiment gagner “plusieurs heures” dans leur déclaration de revenus de crypto-monnaies. De plus, 93 % des particuliers ayant utilisé Waltio déclarent gagner en sérénité dans leur déclaration fiscale de crypto-monnaies.

👉 Le produit pour la déclaration de revenus de 2020 est disponible ! Ainsi, les individus français peuvent dès maintenant, calculer leur plus-values imposables pour être conforme avec la législation fiscale.

Pierre de Waltio

Comment diviser ses frais de comptabilité cryptomonnaies ?

En France, toute société immatriculée doit tenir une comptabilité à jour. Produire des documents comptables pour les sociétés réalisant fréquemment des opérations en cryptomonnaies est relativement complexe ! Etudions donc l’utilité d’un robot qui enregistre automatiquement les transactions de cryptomonnaies en opérations comptables. Cela permettra de comprendre le fonctionnement d’un logiciel comptable de cryptomonnaies.

Les experts-comptables sans logiciel dépensent une énergie considérable sur leurs dossiers clients 🧶

Pour une entreprise, chaque opération impliquant un flux financier doit être enregistrée. Ainsi, toutes les transactions de crypto-monnaies sont à reporter dans la comptabilité de la société.

En effet, le très grand nombre d’opérations propre à l’univers des crypto-monnaies, la multitude d’intermédiaires de change (brokers), et les opérations fréquentes d’envoi vers des portefeuilles de stockage à froid (cold wallets), rendent le suivi des opérations de crypto-monnaies difficilement enregistrables comme opérations comptables.

Enfin, la multitude des crypto-monnaies contraint les entreprises à créer des fiches de stocks différentes par crypto-monnaie. Il existe 3 500 crypto-monnaies. Souvent les traders et fonds d’investissements spéculent sur plusieurs tokens (crypto-monnaies) et opèrent sur plusieurs intermédiaires de change.

Ainsi, un expert-comptable passe rapidement de nombreuses heures voir même jours à retravailler les opérations pour pouvoir réaliser les enregistrements comptables et s’arrache les cheveux pour retraiter les historiques de transactions.

Des frais d’honoraires comptables qui s’envolent 💸

Les experts-comptables doivent retraiter manuellement sur un tableur les historiques de transactions crypto.
Certains, en profites pour développer leur propre outil.
D’autres refusent catégoriquement les sociétés réalisant des ordres de crypto-monnaies non par conviction mais par incapacité technique.

“Avec les documents comptables de base produits par Waltio, j’ai pu obtenir un devis d’expert-comptable 4 fois moins cher que ceux initialement reçus pour ma société de trading” Thomas* (Trader professionnel de cryptomonnaies).

Un enregistrement automatisé des écritures comptables avec le logiciel comptable de cryptomonnaies

En mars 2019, Waltio a lancé un outil d’aide à la déclaration fiscale des crypto-monnaies. Permettant ainsi à plus de 300 investisseurs français en crypto-monnaies de calculer leur montant imposable.

Le module de traitement automatisé de fichiers issus de crypto-monnaies est clé pour cette solution comptable. Par ailleurs, une expérience du secteur réglementaire et la compréhensions des transactions de crypto-monnaies est tout aussi important.

⚙️ Production automatisée du FEC — Fichier des Ecritures Comptables

Le FEC est un document comptable informatique rassemblant toutes les informations contenues dans le journal comptable. En cas de contrôle fiscal, il est obligatoire de le fournir à l’administration fiscale.

💡 Waltio produit un FEC compatible avec tous les logiciels de comptabilité utilisé par les experts-comptables.

Waltio produit automatiquement le FEC grâce à une identification des transactions de crypto-monnaies (dépôts, retraits, transactions) et au rapprochement de celles-ci avec notre algorithme de matching.

FEC — Fichier des Ecritures Comptables produit automatiquement avec Waltio pour un compte Kraken

💡 Les frais de transaction (frais de minage, frais d’échange…) sont des frais financiers. Nos modèles lisent et enregistrent les frais de transactions. Cela permet de les enregistrer en charges au sein du compte du résultat et ainsi de réduire le montant de l’impôt sur les sociétés.

⚙ ️ Calcul des stocks et préparation des Fiches de stocks grâce au logiciel comptable de cryptomonnaies

Dans le cadre de la réglementation comptable française, les stocks doivent être évalués et une fiche de stock par crypto-monnaies doit être établie à la fin de l’exercice comptable.

Fichier des écritures comptables produit par Waltio
FEC — Fichier des Ecritures Comptables produit automatiquement avec Waltio pour un compte Kraken

Ainsi, Waltio calcule et valorise les stocks (selon la méthode CUMP). Ces travaux permettent de produire les fiches de stock et d’enregistrer les écritures de stocks de fin d’année (au sein du FEC).

Enfin, pour faciliter la lecture comptable, il convient produire un journal d’écriture par plateforme d’échange (exchange). Waltio produit automatiquement la liste des journaux d’écriture.

➡️ Ces documents n’ont plus qu’à être partagés avec l’expert comptable de la société qui le téléversera dans son logiciel de comptabilité.

“Dans le cas d’opérations en crypto-actifs, la production automatisée des écritures comptables avec Waltio va faire gagner un temps significatif à l’expert comptable et à ses clients.“ @Fabrice Heuvrard (Expert comptable spécialisé sur le enjeux des crypto-monnaies).

👉 Si vous souhaitez échanger avec nous et avoir une démo du produit, n’hésitez pas à prendre un rendez-vous avec notre équipe.

Pierre de Waltio

Waltio est un assistant fiscal et comptable de crypto-monnaies. Notre mission est d’accélérer l’adoption des actifs numériques (Bitcoin et les cryptomonnaies) en simplifiant leur gestion administrative et réglementaire.

Pour ne pas rater les prochains articles vous pouvez nous suivre sur Twitter, LinkedIn ou Facebook.

Pourquoi utiliser Bitcoin quand on possède un compte bancaire ?

Illustration de Deligne sur le défiance face au système bancaire

Pourquoi utiliser Bitcoin quand on possède un compte bancaire ?

C’est probablement une des réflexions les plus courantes lorsque l’on découvre l’univers des cryptomonnaies : “A quoi sert Bitcoin ? En quoi me servirait-il ? J’ai un compte en banque qui fait le travail.

Au premier abord, dans un pays faiblement bancarisé ou ayant un système financier peu numérisé ou instable, l’utilité de Bitcoin est facilement perceptible. Il permet de contourner les embargos en cas d’exclusion au système financier international (comme en Iran, en Argentine ou à Cuba) ; d’offrir une alternative monétaire à l’hyper-inflation (comme au Vénézuela, aux Philippines, au Zimbabwe ou au Pérou) ou encore d’accroître l’inclusion sociale (comme en Afghanistan pour les femmes).

Néanmoins, dans un pays riche avec une démocratie stable et un taux de bancarisation élevé (99% en France), son intérêt peut sembler plus difficilement perceptible.

➡️ Nous allons illustrer les changements de paradigme proposés par l’Internet de l’argent, grâce à une transaction de 94 504,5 bitcoins (équivalent à presque 1 milliard d’Euros) réalisée le 06 septembre 2019 à 3h30 UTC+2).

Détail public de la transaction :

Voici donc 6 altérités entre les échanges de bitcoin (ou cryptomonnaies) et les devises étatiques dans un pays riche :

1. Contrôle total de votre argent 🆓

Aujourd’hui, les transferts d’argent sont limités par les institutions financières. Ceux-ci sont restreints par des freins réglementaires (imposés par l’état) et/ou des freins techniques (limite des capacités et du réseau des institutions financières).

La startup de paiement Transferwise a synthétisé les montants maximum journaliers pour les échanges d’argent à l’international par banque.

Limite par virement international journalier TransfertWise Avril 2018

Limite par virement international journalier — TransferWise, Avril 2018

Par ailleurs, les transferts internationaux demandent des formalités administratives fastidieuses comme la nécessité d’ajouter un bénéficiaire avant un transfert international en ligne. Le délai de validation fait que parfois l’ordre de virement ne pourra être émis que 72 heures après. Bref, “les délais de sécurité” instaurés par les banques privent de virements instantanés. Certaines banques demandent à leurs clients de se déplacer physiquement en agence dans le cas de transferts internationaux.

Les banques françaises ont l’obligation de signaler à la cellule de renseignement financier Tracfin toute transaction douteuse ou transmission de fonds d’un montant supérieur à 1.000 € (pour une seule opération). Les justificatifs sont à la charge de la banque.

Détenir de l’argent numérique se fait uniquement par l’intermédiaire d’un compte bancaire. Cela implique de recevoir occasionnellement des appels téléphoniques pour des nouveaux placements, ou des messages électroniques pour mettre en avant de nouvelles offres commerciales ou encore des commentaires du banquier pour inciter à acheter des produits complémentaires.

Enfin, dans le droit français, un individu est propriétaire de l’argent sur un compte bancaire mais en perd le contrôle au profit de la banque. La banque (le dépositaire) assure la garde. Ce service de garde est une prestation facturée aux clients.

Ce détail est crucial. L’individu accepte donc de subir les aléas qui peuvent découler de la participation d’une entreprise privée dans la gestion de son argent. Ceci autorise l’État à pouvoir prélever directement sur ce compte.

Ainsi, les banques et l’État encadrent, régulent et contrôlent leurs clients dans leur gestion d’actif. Un individu ne possède pas une liberté totale sur son propre patrimoine financier (partie scripturale).

➡️ L’opération financière de transfert de 94 504 Bitcoin s’est déroulée sans qu’aucune personne physique, morale ou même un Etat ne puisse interférer à sa réalisation.

La création d’un wallet (portefeuille sécurisé) se fait en quelques clics. Aucun banquier, gestionnaire de compte, commercial ou intermédiaire ne rentre en contact avec le propriétaire du wallet.

Aucun contrôle tiers ne peut être appliqué à cette opération. Bitcoin est une monnaie programmable. C’est un programme informatique qui s’exécute automatiquement, lui permettant de fonctionner de façon autonome et décentralisée. L’autorité centrale et régulatrice n’a pas d’utilité dans le fonctionnement du réseau. Yorick de Mombynes et Gonzague Grandval dans “Bitcoin, totem et Tabou” mentionnent que Bitcoin est “fondé sur les mathématiques” et “offre une autonomie totale aux individus”. Ils peuvent contrôler leurs propres finances.

2. Frais de transaction quasi inexistants 💸

Dans le dernier rapport de la World Bank, “Remittance Prices Worldwide” publié en Juin 2019 les frais de transfert internationaux atteignent en moyenne 6,84%. Cette étude de la Banque Mondiale relate aussi que les banques chargent au 2ème trimestre de 2019, un taux moyen de 10,49% à leurs clients pour des transferts internationaux.

L’étude de l’UFC-Que Choisir de novembre 2018 sur les “transferts d’argent internationaux” met l’accent sur “de graves dysfonctionnements de marché qui portent préjudice aux consommateurs”.

Au même moment (décembre 2018), L’Union Européenne réagissait en faisant passer une loi contraignant les banques à respecter un cadre de prix pour les paiements à l’étranger (au sein de la zone Euro, donc avec la même devise).

Voici ci-dessous le total des frais de transaction liés à la transaction Bitcoin 👇

Explorateur de blockchain Bitcoin

Frais de l’opération — Source : Explorateur de Bitcoin : blockchain.com

➡️ Les frais de cette transaction s’élèvent à 700,24 dollars américains pour un montant de transaction équivalent à 1 000 000 000 $, soit un taux de frais total de 0,000074%.

Ces frais correspondent à la somme totale des frais engagés pour la transaction. Il n’y a aucuns autres frais.

L’utilisation de la “technologie Bitcoin” aussi appelée “blockchain” permet de réduire considérablement les frais de transaction.

Ces frais (sur cette opération) sont la rémunération des mineurs . Leur rôle est de traiter et de valider les transactions tout en maintenant la sécurité et la synchronisation du réseau. Ils font fonctionner le réseau en fournissant la puissance informatique (capacité de calcul via des processeurs) et l’énergie (électricité).

3. Frais déterminés avec transparence 🔍

Frais de gestion de compte, frais d’ouverture, ou de fermeture de compte, frais de tenue de compte, commission d’intervention, frais par paiement d’un prélèvement SEPA, frais de mise en place d’un mandat de prélèvement SEPA, frais par virement SEPA occasionnel (par Internet par virement), frais de retrait d’espèces à un DAB, abonnement à un produit offrant des alertes sur la situation du compte par SMS… Bref, il existe une multitude de frais bancaires. Ils sont complexes à comprendre.

L’État intervient régulièrement pour cadrer ces pratiques tarifaires. En 2013, la loi de séparation et de régulation des activités bancaires, rappelée dans l’étude de l’ACPR et la Banque de France de Mars 2018,“exige la gratuité pour certaines prestations (clôture du compte de dépôt, services bancaires de base fournis dans le cadre du droit au compte etc.)”.

En 2015, L’État français rend le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) responsable “d’instituer et de gérer un comparateur public en ligne permettant aux consommateurs de comparer gratuitement les principaux frais facturés par les différents établissements” afin d’offrir une plus grande transparence sur les frais bancaires.

Les principaux Frais bancaires
L’extrait standard, défini en concertation au sein du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) entre les…www.tarifs-bancaires.gouv.fr

En décembre 2018, des évolutions législatives Européennes ont aussi forcé les banques à informer du montant exact et total de frais pour les transferts internationaux, comme le rappelle Transferwise.

➡️ Le régulateur doit intervenir afin de protéger le consommateur des pratiques tarifaires bancaires. Ces principales actions ont pour but de cadrer les pratiques tarifaires et d’accroître la transparence sur les frais à la charge du client.

Les frais sont publics ainsi que les caractéristiques de la transaction. Ils sont visibles de tous grâce à l’explorateur de blockchain qui est un registre de compte ouvert. Il est public, consultable par tous, tout le temps.

Les frais de Bitcoin et des cryptomonnaies ne sont pas établis par l’État ou des institution financières. Ces frais de transaction en cryptomonnaies sont calculés de façon transparente. Ils sont estimés en fonction de la congestion du réseau et du temps que l’émetteur est prêt à attendre pour réaliser l’opération.

4. Temps de transaction record ⏱️

Pour qu’une transaction bancaire soit opérée, l’ordre est mis en attente tant que la banque n’est pas ouverte. L’opération n’est réalisée qu’un jour ouvré. Pour bénéficier d’un transfert plus rapide, l’émetteur et le destinataire doivent détenir leur compte dans la même banque ou payer des frais supplémentaires. Sinon, ils doivent utiliser une application mobile de paiement tiers pour envoyer de l’argent rapidement, mais qui ne permet pas (à l’heure actuelle en tous cas) de transférer ces fonds aussi facilement en dehors de leur réseau.

GIF — Comparaison d’accélération des camions Tesla vs les camions diesel

GIF — Comparaison d’accélération des camions Tesla vs les camions diesel

➡️ L’opération d’envoi de Bitcoin équivalent à 1 Milliard de dollars US a été réalisée en 0 jour 0 heure et 17 minutes.

Les opérations en cryptomonnaies fonctionnent en continu 24h/24h, 365 jours par an. Le réseau est autonome. Les mineurs de cryptomonnaies sont répartis partout dans le monde. A contrario du système financier actuel, celui-ci est décentralisé, parfaitement autonome et permanent.

D’autres cryptomonnaies travaillent à réduire le temps de validation des transactions. Au sein du réseau Bitcoin, l’initiative Lightning Network est prometteuse. Elle permettrait comme le présente bitcoin.fr “favoriser les micro-paiements, des validations quasi-instantanées, des frais dérisoires, des micro-paiements”

A défaut de trouver des données sur le temps de transaction moyen dans le monde bancaire, la vidéo ci-dessous illustre la différence entre les deux univers monétaires.

5. Confidentialité renforcée 🤐

L’identification client (KYC — Know Your Customer) est un processus strict imposé par les États aux banques et aux intermédiaires de change de cryptomonnaies (plateforme d’échange centralisée). Il est réalisé lors de l’ouverture de compte. Cette information est couplée aux données de compte (les différentes opérations, retraits, dépôts).

FinTech, GAFA, Banque, Gouvernement peuvent suivre et analyser l’ensemble des flux financiers. L’émetteur, le destinataire et l’objet de toutes les transactions bancaires sont clairement identifiés. Ces données appartiennent à la vie privée de leurs clients. Les données des transactions Bitcoin laissent une empreinte numérique limitée.

➡️ La transaction de 94 504 Bitcoin a été réalisée sans que ni l’identité ni la nationalité de l’émetteur et du destinataire ne soient identifiés*. Il est impossible (enfin il est complexe) donc de savoir qui est à l’origine de cette transaction record.

Bitcoin est pseudonyme. Ainsi les opérations sont publiques et connues de tous. Néanmoins, les personnes ou entités impliquées dans une transaction ne sont pas identifiées avec leurs identités propres (avec un nom, une carte d’identité, adresse de résidence…), elles sont identifiées par une clé publique, un pseudo.

Certaines cryptomonnaies offrent une confidentialité plus importantes. Les plus connues étant Monéro et Zcash.

*La transaction a été réalisée par une plateforme de change centralisée, réalisant des conversions crypto /euros. Cet intermédiaire à l’obligation légale d’identifier ses clients (KYC) et de tenir un livre de compte. Dans le cas d’une transaction wallet à wallet (sans intermédiaire de change) ou via un intermédiaire de change décentralisé, l’opération est bien plus difficilement traçable. Une analyse approfondie du livre de compte public avec d’autres informations externes montre qu’ 1/3 des jetons proviennent d’un intermédiaire de change (exchange) asiatique (Huobi Global). Ni les propriétaires derrière cette plateforme d’échange, ni les destinataires ne sont identifiés.

6. International par défaut 🌐

Une banque est opérée dans une devise principale et respecte un cadre réglementaire local. Rares sont les comptes bancaires qui acceptent le multi-devises sans taux majoré.

Les comptes bancaires n’ont pas été construits dans le but d’établir des échanges internationaux quotidiens. Ainsi l’étude ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution ) d’octobre 2018 sur les banques en ligne et néobanques précise que “certains établissements ciblent également les personnes qui sont souvent en déplacement à l’étranger avec des comptes multi-devises et des taux de change attractifs”. Ainsi quelques banques (comme HSBC) et néobanques (telles que Revolut, Ditto Banque) en France, se sont spécialisées pour proposer une tarification plus adaptée aux personnes (morales ou physiques) réalisant des opérations internationales régulièrement.

Notre loi et notre culture ont défini que l’argent est géographiquement localisable. Le cash est possédé dans un certain pays et une certaine devise. Sinon, il est stocké sur un compte bancaire localisé et respectant une juridiction locale.

Bitcoin change l’approche de l’argent. Il le rend complètement intangible (et ne peut pas le devenir) et les comptes (portefeuilles de stockage) ne suivent pas de juridiction. La monnaie devient une information qui ne prend pas d’apparence physique et ne peut pas être localisée.

➡️ La transaction de 94 504 Bitcoin a été réalisée sans que ni la nationalité ni la localisation de l’émetteur et du destinataire ne soient identifiées. Il n’est pas possible de savoir si cette transaction a été internationale ou pas.*

Bitcoin et les cryptomonnaies n’identifient pas les frontières étatiques, au même titre qu’Internet. Les crypto-monnaies (dont Bitcoin) circulent aussi facilement qu’un email.

Conclusion

Les pays en voie de développement apprécient davantage une monnaie numérique non-inflationniste et apolitique. Les pays développés y trouvent une compétitivité par rapport au système bancaire existant (liberté d’utilisation de la monnaie, transparence des frais financiers, frais infimes, opération presque instantanée, échange sans frontière simple).

Internet (IP) ou le mail (SMTP) sont des protocoles publics, ouverts, décentralisés, sans-frontière permettant l’échange d’information de pair-à-pair. Bitcoin est un protocole public, ouvert, décentralisé, sans-frontière permettant l’échange de valeur de pair-à-pair.

Bien que l’utilisation de Bitcoin et des cryptomonnaies soient ouverts à absolument tout le monde, les contraintes techniques réservent encore son utilisation à un public plutôt . Cependant, développeurs et entrepreneurs travaillent pour rendre leur utilisation plus accessible. Ainsi, davantage de services se créent pour faciliter sa gestion, son stockage, sa fiscalité… Ces services augmentent les frais en plus des simples frais de fonctionnement du réseau mais restent largement attractifs comparés au système bancaire actuel.

Ce post se concentre sur les caractéristiques propres aux transactions Bitcoin et non aux caractéristiques intrinsèques à Bitcoin, sa technique. Ainsi, certains points ne sont pas abordés tels que la concurrentialité de Bitcoin vis-à-vis des banques centrales. Comme sa capacité à contrer l’utilisation massive de “la planche à billets” (éviter l’accroissement du nombre d’unités monétaires et donc l’inflation). Ou encore, à redistribuer les recettes de la création monétaire (de ne pas seulement les partager avec une liste d’établissements bancaires définie mais l’ouvrir publiquement à tous les contributeurs au réseau). Bitcoin offre ainsi une alternative complète au système de création monétaire fondé sur la dette.

Waltio est un assistant fiscal de crypto-monnaies. Notre mission est d’accroître l’adoption des actifs numériques (Bitcoin et les crypto-monnaies) en simplifiant leur gestion fiscale.

👉 Pour ne pas rater les prochains articles vous pouvez nous suivre sur Twitter, LinkedIn ou Facebook.

Pierre de Waltio

Avertissement 

Les informations fournies sur cette page sont purement à titre informatif. Elles ne doivent en aucun cas être considérées comme un conseil juridique, fiscal, financier ou en investissement. La société Waltio décline toute responsabilité en cas d’information, de commentaire, d’analyse, d’avis, de conseil et/ou de recommandation s’avérant inexactes, incomplètes ou peu fiables ou entraînant des pertes d’investissement ou autres.

Les 5 questions les plus posées sur la fiscalité française de Bitcoin et des cryptomonnaies

Les 5 questions les plus posées sur la fiscalité française de Bitcoin et des cryptomonnaies

Voici les réponses aux questions qui sont le plus souvent posées à notre équipe Waltio sur la fiscalité des cryptomonnaies.

1- Doit-on vraiment déclarer ses gains (ou pertes) en cryptomonnaies ? Ce n’est pas exonéré ?

Et non, les cryptomonnaies ne sont pas exonérées et doivent être déclarées auprès de l’administration fiscale, et seront intégrées à votre déclaration sur le revenu.

Pour une activité occasionnelle, vous pouvez décider de les déclarer en tant que cessions sur biens meubles (formulaire 2048-M-SD). Sinon, vous avez le choix du régime des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC).

Si vous prenez l’option des cessions sur biens meubles, vous devez en effet déclarer chacune de vos transactions auprès de l’administration fiscale si le montant de la transaction a dépassé 5 000,00 Euros (quel que soit le montant de vos plus ou moins values).

Il y a en place un régime de fiscalité des cryptomonnaies. Le régime fiscal des opérations réalisées en 2018 n’est certes pas vraiment adapté aux crypto-monnaies. Le cadre légal présenté par la loi PACTE y a partiellement remédié et laisse place à interprétation, mais il est bien en place !

2- Ok, mais comment l’Etat peut tracker mes crypto étant donné que Bitcoin est pseudonyme et Monéro complètement anonyme.

nldr : La question n’est pas toujours formulée ainsi mais c’est l’idée.

L’Etat français ne tracke pas les détenteurs de cryptomonnaies (au moins pas encore). L’Etat a accès aux conversions de cryptomonnaies avec les plateformes d’échanges centralisées (comme Coinbase, Kraken…) qui applique KYC. Concrètement, ils ont accès aux historiques de transactions, dépôts et retraits.

Pour pouvoir acheter un jeton sur une plateforme d’échanges centralisée ou bien en magasin physique, il faut s’identifier ( c’est le processus du KYC — Know Your Customer) avec une pièce d’identité et d’autres documents nécessaires en fonction du montant investi. Les plateformes d’échanges centralisées tiennent un registre de comptes clients avec l’identité de leurs clients et conservent la liste des opérations réalisées par chacun de leurs clients.

Les autorités en charge de l’application de la loi émettent des requêtes auprès des intermédiaires centralisés afin d’obtenir des données sur leurs clients. D’ailleurs, certaines plateformes comme Kraken et ShapeShift se sont plaintes ouvertement de l’augmentation du nombre de demandes des régulateurs. En 2018, l’Etat français a réalisé 20 demandes à la plateforme d’échanges Kraken.

Volumes of Law Enforcement Requests Received Globally Kraken 2019 Poste de la plateforme d’échanges Kraken sur Twitter à propose du nombre croissant des demandes des services de police

Ainsi, il y a très peu de chance que l’Etat français est mis en place un système d’échanges automatique de données de cryptomonnaies, comme c’est le cas avec les données bancaires actuelles. En revanche, en regardant les initiatives nationales ( Loi PACTE, LabChain, Appel d’offres de l’Etat pour tracker les transactions crypto…), on voit que l’Etat se penche sur le sujet et il est probable que l’Etat s’équipe d’une solution semblable dans les années à venir.

Le délai de prescription est de 3 ans. L’administration peut contrôler et rectifier le montant de l’impôt dû pendant cette durée. Ainsi, si cette solution est opérationnelle dans les 3 prochaines années, l’Etat français aura toute la possibilité de réaliser des contrôles fiscaux en masse.

Entre le nombre croissant de requêtes du régulateur, l’idée de mettre en place un système d’échanges automatisés de données avec les intermédiaires de change de cryptomonnaies et la capacité du service des impôts à revenir sur les déclarations fiscales, nous pensons que s’informer sur le montant de gain à déclarer n’est pas une mauvaise idée. À votre libre arbitre.

3- Si j’utilise votre service, allez-vous donner ou vendre mes données à l’Etat ou quelqu’un d’autre ?

Non. Nous ne partageons pas les données clients ou utilisateurs à des tierces. Ceci est clairement mentionné dans nos conditions générales d’utilisation.

Cependant, il se pourrait que l’Etat exige que Waltio partage les données de ses clients. Je parle d’une éventualité car il n’existe pas de loi à l’heure actuelle qui encadre notre activité. Dans ce cas, nous nous soumettrons aux demandes du régulateur et partagerons les données de nos clients, comme le font les plateformes d’échanges centralisées (comme Binance, Coinbase, Poloniex ou autre) ou intermédiaires d’achat de cryptomonnaies ( tels que les magasins physiques).

4- J’ai envie d’utiliser vos services mais sans que vous m’identifiez ? Est-ce possible ?

Oui, il est possible d’utiliser les services de tax.waltio.co sans que l’on vous identifie.

Tout d’abord, nous n’avons aucun KYC nous disposons uniquement de votre adresse email et votre historique de transactions.

Voici quelques astuces pour conserver votre anonymat :

  • S’enregistrer sur tax.waltio.co avec une adresse email temporaire et anonyme ou Protonmail.
  • Effacer l’adresse email sur les fichiers (les historiques de transactions) que vous nous envoyez.
  • Payer nos services en Bitcoin. Ainsi, les institutions financières n’ont pas moyen de vous identifier.

Par ailleurs, vous pouvez nous demander d’effacer vos données utilisateurs. Dans ce cas là, nous effacerons l’ensemble de vos données utilisateur, c’est à dire vos fichiers, votre rapport fiscal et votre compte. Ainsi, nous n’aurons plus aucune de vos données en mémoire.

5- Pourquoi utiliser tax.waltio.co ?

Certes, vous pouvez calculer à la main ou bien créer votre propre outil pour calculer vos gains ou pertes. Néanmoins, nous avons remarqué que:

  • Une grand partie des investisseurs en cryptomonnaies utilise plusieurs plateformes d’échanges. Le multi-comptes alourdit la charge de travail pour calculer le montant imposable.
  • Les jetons / coins sont régulièrement déplacés vers des portefeuilles de stockage à froid — on l’espère en tout cas :) — ou bien vers d’autres intermédiaires d’échanges. Pour cela, il faut opérer à un rapprochement minutieux pour connaître le coût d’acquisition des coins vendus. Nous avons développé des algorithmes permettant ce suivi.
  • Pour certaines plateformes, la connexion par API est nécessaire pour récupérer l’historique de transaction. Cela nécessite d’avoir quelques bases de code.
  • Le calcul du montant imposable et le suivi des lois sur la fiscalité de cryptomonnaies est fastidieux. Nous travaillons avec un avocat expert dans ce domaine, ainsi notre méthode de calcul est à jour avec la loi et les directives.

Bref, après quelques opérations de cryptomonnaie, il est difficile de suivre ses opérations sur un tableur et donc de calculer le montant des plus-values à déclarer.

Tax.waltio.co est un assistant fiscal de cryptomonnaies. La société a pour mission d’accroître l’adoption de Bitcoin et des cryptomonnaies en simplifiant leur gestion fiscale. Lien de l’outil d’aide à la déclaration fiscale pour les particuliers : https://waltio.co/

L’info bonus : Oui, notre outil sera disponible aussi pour la campagne de déclaration 2021 🙂

Pour toute autre question relative à fiscalité des cryptomonnaies ou à notre solution, n’hésitez pas à nous contacter à hello@waltio.co ou bien via notre chaine Telegram. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter, LinkedIn ou Facebook.

Bonne déclaration à tous,

L’équipe Waltio

Is it safe to connect your crypto account to a portfolio tracker?

As crypto-owner, it can be a little bit scary to connect your wallet or exchange accounts to a third party, such as a crypto account aggregator. Few Waltio users have shared this concern with us about being hacked or getting their coins stolen! Let’s clarify how Waltio has been developed from scratch to protect your identity, coin and wallet information.

How does a crypto portfolio tracker (also known as account aggregator) collect data about your exchange or wallet accounts?

Most exchanges have created an API (Application Program Interface) to allow machine to machine communication. More technically, an API is a set of endpoints exposed over the HTTP (HyperText Transfer Protocol) protocol used to collect information or to request to execute some actions. Is it safe? Yes, because the HTTP protocol is exactly the same that you use when you open your favourite browser and login to an exchange website.

When we connect to an exchange, we don’t use the simple HTTP protocol, we use an extension of it called HTTPS (HTTP Secure). If you are using HTTP, all your data navigate in clear mode on the network. By using HTTPS, your data are encrypted using the certificate provided by each exchange. Again, it’s the same security level compared to a connection through a browser.

Whether you are dealing with your cryptocurrencies or other things, you always need to need to makesure you are browsing a website using HTTPS instead of HTTP.

But how does it collect only my data?

When a connection is made to an API, it needs to be authenticated. It’s for this reason that Waltio is asking you to provide an API key. Using your key, the exchange will know that we are connected using your own profile.

How can I be sure that an aggregator don’t execute actions that I don’t want?

When you generate an API Key in each exchange, you can specify which permissions you want to assign to this specific key. In general, exchanges provides 3 different sorts of access: Reading, Trading and Withdraw.
At Waltio, we only ask you to grant “read only” permissions. It means that we can only access to your balance, your past transactions or your orders. But in any case, we can place a new order or request a withdrawal. For this reason, we encourage you to be very careful when you assign permissions to a key.

Whenever you use app using API feature, make sure you don’t have the withdrawal right to the newly generated API Key. Providing withdrawal access to third party system simply black-hat hackers work.

You’ll find all required permissions for all supported exchanges on this page:

Configuration – Waltio
This page explains how to configure your Waltio account.
doc.waltio.co

What about wallets?

When you synchronise a wallet in Waltio, you’ll notice that we only ask you to provide the address of your wallet. Most of the blockchain networks are public. By providing a wallet address, we can simply connect to the network and retrieve your balance and your past transactions.

Does Waltio implement HTTPS as well?

Yes. And if we go a bit deeper on this topic, HTTPS is good, but you need to look at the encryption algorithm used in the certificate to be sure that it’s safe. Let’s start from the beginning and understand how do we get an HTTPS certificate. It’s possible to implement a self-signed certificate, but it’s obviously not safe at all. The best way is to get a certificate from a certificate authority (CA). Waltio’s CA is GoDaddy (you can verify our certificate just by clicking on the lock icon next to the URL in your browser). GoDaddy is providing us a strong certified certificate that will be used to encrypt all messages transported over the network. You can see our security HTTPS overall rating “A” here:

https://www.ssllabs.com/ssltest/analyze.html?d=tax.waltio.co&s=54.227.215.155

How does Waltio manage user authentication?

For security reasons, we delegate the user authentication to another company called Auth0. This company is in charge of checking your identity and store safely critical identity data. Waltio is never aware of your password, the only information that we have is your email address that we use as username in our application. So in any case, Waltio can use your email address and password to try to gain access to your exchange account (because we don’t know your password ).

How does Waltio protect the access to my information?

When you successfully login to Waltio (using Auth0), you are granted a token. Waltio uses the OAuth2 authentication mechanism. This token, provided by Auth0, is then sent to our services to be able to get the data stored on our side (and display it in our application). Using again Auth0, all of our services are protected. It means that your token will be verified first with Auth0 before sending back any information. Because your token includes basic identify information such as your email address, we only returns information belonging to your specific Waltio account.

Is it possible that Waltio’s server will be hacked?

Of course, never say never. But all your data is hosted in AWS, and it ensures that your information are protected and backup properly. On top of that, AWS is responsible of keeping this service running all the time (so you won’t be surprised with a database connection error in our application). We use AWS VPC (Virtual Private Cloud). Data storage is isolated in a private network, and we configured it to forbid public access to our data storage. So the only way to access this data is to use the services that are protected with Auth0 as explained above.

What if AWS servers or data centers got hacked?

Again, never say never. But to be sure that your data is extremely safe, we encrypt at rest your account data. What does it mean? When data are saved in a server, they are usually stored in some binary files in clear mode on the filesystem.

A smart and experienced hacker might be able to hack through AWS to get these files and collect some valuable information. For this reason, we encrypt your data at rest. All your information are encrypted before being written on the server.

So, even AWS engineers who have access to all servers can’t read your data because they are encrypted. It’s another way again to protect your data.

What are the next steps?

What else Waltio can do ?

As explained, Waltio has been developed from scratch to ensure the security of your information, but we won’t stop here. In our TO DO list:

* We already have in our roadmap to enable Two Factor Authentication (2FA) in Auth0.

* We are testing the solution provided by some exchanges to limit API calls only from our servers. It means that even if hacker get hold of your API keys and secrets, they could be use only from our Waltio servers.

What should I do to keep my cryptocurrencies safe ?

But we can’t do that alone, we need your help. Be sure to follow as much as possible these guidelines:

– Never interact with cryptocurrency-related sites without HTTPS protocol (if there is no locker on the left part of the URL, leave the web site).

– Use Multifactor authentication in all exchanges (2FA)

– Bookmark your main trading website and visit it only by clicking this bookmark to avoid phishing website

– Do not use the same password for all exchanges or wallets

– Use a different email address for your exchanges than your regular one

– Don’t save all your usernames and passwords in a file on your hard drive

Here are additional tips to keep your crypto safe made by Consensys.

Thanks for reading 🙂 If you have any question, feel free to reach out to us or comment.

nuages background